Page:Busch - Découvertes d’un bibliophile.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


verte contre la loi de Jésus-Christ. Car c’est pour corriger les hommes, pour les rendre meilleurs, que son Église a été instituée. « Malheur aux incorrigibles ! Malheur à ceux qui ont des yeux pour ne point voir, et des oreilles pour ne point entendre ! Malheur aux pécheurs endurcis ! » La prévision de ces maux n’a point empêché notre divin maître de venir remplir sa mission et de parler aux hommes. « Si non venissem, et LOCUTUS fuissem eis, PECCATUM NON HABERENT : nunc autem EXCUSATIONEM NON HABENT DE PECCATO SUO » (saint Jean, XV, 22). Je n’ajouterai rien à ces paroles ; elles portent avec elles la condamnation la plus éclatante, la plus irrévocable de la charité du Compendium.

Je sais, Monsieur l’abbé, combien vos moments sont précieux dans ces jours solennels ; je me bornerai donc en terminant à reproduire un passage que j’ai lu avec plaisir il y a quelques jours.

« La vérité n’est pas, quoi qu’on en dise, si difficile à connaître. Chacun sans doute est maître de dire non ; mais la conscience est INFAILLIBLE, et son aiguillon ne saurait être écarté ni émoussé. Que fait-on pour se mettre à l’aise et pour contenter à la fois la paresse qui ne veut point examiner et l’orgueil