Page:Busoni - Chefs-d’œuvre poétiques des dames françaises, 1841.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LOUISE LABÉ.


Louise Labé naquit à Lyon en 1525 ou 1526. Son père, Pierre Chardin, dit Labé, était marchand-cordier. Elle apprit le grec, le latin, l’espagnol et l’italien, et se fit une grande réputation par son esprit et par ses poésies. Les ouvrages de Louise Labé font connaître que son cœur était tendre et bon, son âme forte et élevée, et que tous ses goûts étaient des passions : elle eut d’abord celles de la musique, de la chasse et de la guerre. L’exemple de quelques héroïnes du siècle où elle vivait ne pouvait que justifier et redoubler son audace. Elle allait finir sa quinzième année lorsqu’elle arriva devant Perpignan, à l’armée du jeune Dauphin de France, où elle donna des preuves de la plus grande valeur sous le nom de capitaine Loys. Il semble que l’amour, pour la soumettre, l’attendait au milieu d’un camp. Parmi les nombreux adorateurs que sa beauté, son courage et ses talents lui attirèrent, un jeune guerrier, dont le nom et les exploits nous sont restés inconnus, lui inspira une passion qui ne s’éteignit jamais. Louise Labé épousa en … Ennemond Perrin, marchand-cordier fort riche, ce qui lui donna les moyens de se livrer entièrement à son penchant pour la littérature. Ses poésies se composent d’élégies, de sonnets et d’autres morceaux pour la plupart du genre érotique. Elle a fait aussi un poème en prose et en forme de dialogue, intitulé : Débat de Folie et d’Amour, lequel se