Page:C14 - Émeutes de Québec de 1918 - Témoignage du Dr Georges St-Amand, médecin militaire, attaché au Deuxième Bataillon BAnQ Québec E17S10D1661-918.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


naissance qui pouvait prendre soin des blessés là où étaient les militaires, s’ils blessaient quelqu’un ?

R. Je n’avais détaillé personne, moi, je ne sais pas si d’autres en avait détaillé.

Q. À votre connaissance, y en avait-il eu de détaillés ?

R. Non, je ne sais pas, je ne crois pas.

Q. À votre connaissance, dans tous les cas, il n’y a personne qui avait été chargé d’aller là ?

R. Non.

Le Major Barclay. — Ni pour les militaires ? ni pour les civils ?

R. Non.

M. Picher. — Dans le cas de Blouin, savez-vous s’il a été tiré par un civil ou par les militaires ?

R. Je ne sais pas du tout.

Q. Il ne vous a pas parlé par qui il avait été tiré ?

R. Je pense qu’il ne le savait pas.

Q. Vous n’avez pas entendu parler par qui il avait été tiré ?

R. Non.


INTERROGÉ par le Coroner.

Q. A-t-il été tiré par une balle de revolver ou par une balle de carabine ?

R. D’après la blessure, il a dû être tiré par une balle de carabine, — je ne sais pas.

Q. Voulez-vous dire si le nommé Mercier qui est à l’hôpital, pour quelle blessure il est là ?