Page:C14 - Émeutes de Québec de 1918 - Témoignage du Dr Georges St-Amand, médecin militaire, attaché au Deuxième Bataillon BAnQ Québec E17S10D1661-918.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blessés lundi soir en tout, dans tous les régiments ?

R. Il doit y en avoir dix ou douze je crois.

Q. Savez-vous s’il y a eu des soldats de blessés le dimanche ?

R. Je crois qu’il y en a eu un dans mon régiment qui a été blessé par une brique sur le pied.

Q. Dans votre régiment ?

R. Oui.

Q. Avez-vous eu soin des soldats dans le neuvième et dans le huitième régiment ?

R. Non.

Q. Alors c’est à chaque médecin de chaque régiment que je dois m’adresser pour savoir combien d’hommes ont été blessés ?

R. …

Q. Pour vous avez-vous fait aucune distinction entre le traitement des civils et celui des militaires lundi soir le premier d’avril ?

R. Aucunement.


INTERROGÉ par Mtre. F. Gosselin.

Q. Savez-vous si le jeune Demeule a été relevé par les brancardiers à votre service ?

R. Je ne sais pas.

Q. Savez-vous s’il a été soigné par un médecin civil ?

R. Je ne le sais pas non plus. Tous ceux qui sont morts, je n’en ai pas eu connaissance, ceux qui ont été tués.

Et le témoin ne dit rien de plus.

Je soussigne stenographe assermente certifie que ce qui precede est la transcription ? [illisible] fidele de mes notes stenographiques.