Page:Cabaret-Dupaty - Poetae minores, 1842.djvu/419

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
EUCHÉRIE.

413

mêle à une bourbe impure, et que la source d’eau vive se confonde avec un fumier infect ; imaginez-vous que l’agile hirondelle joue avec le féroce vautour, que Philomèle chante avec l’odieuse chouette, que le triste hibou vive avec la perdrix enjouée, et que la charmante colombe repose à côté du corbeau en violant ainsi la loi du Destin, ces monstrueuses alliances renverseront à leur profit l’ordre établi par la nature, et alors un esclave attaché à la glèbe demandera la main d’Euchérie