Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
10
LE PIRE N’EST PAS TOUJOURS CERTAIN.


don carlos.

N’achevez pas. Je suis sensible à vos offres, mais je ne saurais les accepter, ni donner à ma cousine des soucis d’une telle nature… d’autant que je la respecte trop pour placer chez elle ma dame… qui peut bien, il est vrai, par sa naissance s’asseoir à ses côtés ; mais des aventures de ce genre jettent toujours un mauvais lustre sur la plus antique noblesse.


don juan.

Tout peut s’arranger. Ma sœur vient, ces jours-ci, d’établir une de ses femmes, et elle a besoin de la remplacer. Moi, je fais la cour à une dame amie de Béatrix, qui mérite la plus entière confiance. Je prierai cette dame d’envoyer chez nous de sa part la personne en question, et ainsi ma sœur, ignorant qui elle est, ne pourra éprouver aucune peine à la recevoir. Quoiqu’il soit bien fâcheux pour cette personne d’entrer en cette qualité auprès de ma sœur, la situation pourra se supporter : elle ne sera suivante qu’en public, et en particulier elle sera traitée comme dame. Pour moi, je serai attentif à la servir en tout ce qui pourra lui plaire.


don carlos.

Ce serait le moyen le plus sûr, j’en conviens ; mais, don Juan, je vous l’avoue, je n’oserai jamais le proposer à Léonor ; car enfin…


Entre LÉONOR.

léonor.

Arrêtez, don Carlos, c’est à moi de répondre. — Seigneur don Juan, non seulement je serai contente et flattée de servir dans votre maison ; mais vous aurez en moi une esclave dont votre obligeance vient de payer le prix ; et si, au milieu de mes malheurs, je puis éprouver quelque consolation, ce sera d’avoir pour maître un cavalier qui tient de si près à don Carlos. Je vous supplie donc humblement, et à genoux, de vouloir bien m’accorder cette faveur. Et comme d’après le récit de don Carlos, je dois vous paraître coupable, et que je serais désolée si vous croyiez admettre chez vous une femme aussi légère que je vous le parais ; pour qu’il ne vous reste pas le moindre doute, puisse le courroux de Dieu m’anéantir à l’instant, puisse le ciel m’être à jamais fermé, si, dans aucune occasion, j’ai donné à l’homme qui se trouva chez moi le motif de tant d’audace, à moins qu’il n’ait vu dans mes mépris un encouragement à sa témérité !


don juan.

Votre beauté et votre esprit, madame, vous recommandent de la manière la plus forte ; et si ce que j’ai proposé est un service, ce n’est plus pour don Carlos que je vous l’offre, c’est à votre considération. Veuillez, je vous prie, m’attendre. Je vais chez ma dame lui demander une lettre que vous porterez à ma sœur. Je reviens à l’instant.

Il sort.