Page:Calloch - A Genoux.djvu/117

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’ÉPOUSE DU BARDE


Nous avons été mariés le jour de mon baptême, — La cloche de la vieille église sonnait dans la tour, — le bon soleil de juillet brillait au ciel, — les fleurs fleurissaient dans l’herbe sur la route, — parmi le froment d’or des oiseaux chantaient : — Nous avons été mariés le jour de mon baptême.

Mon épouse était aussi vieille que la terre, — elle n’entendait rien, ne voyait rien, — Elle était aveugle et sourde, boîteuse et bossue, — Jamais un sourire sur son visage flétri ; — Mon épouse était aussi vieille que la Terre… — Mais Dieu fait bien tout ce qu’il fait.