Page:Calloch - A Genoux.djvu/200

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V

À vous voir sous le sol d’une étable — Nos yeux versent des larmes ; — À Vous voir entre deux animaux — Le chagrin étouffe notre cœur.

VI

À Bethléem, de tous les citadins, — Aucun ne vous donna abri : — Aujourd’hui aussi, tendre Enfant. — De tous lieux on Vous exile.

VII

Si vous êtes chassé de tout pays — Venez à la maison des Bretons ; — Venez dans leur maison : là, la porte, — Comme le cœur est toujours ouvert.