Page:Calloch - A Genoux.djvu/72

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’heure du carnage et de la terreur ; l’heure de la foudre et des sanglots : l’heure de la justice de Dieu !

Ils auront leur content cette année, le loup, le corbeau et les vers ; la chair de chrétien est à bon marché !

Cette année-ci le blé sera beau : la terre a bu le sang de l’homme…

Ah ! si tu avais voulu, Europe, il ne te serait pas arrivé un événement comme celui-ci ;

Si tu avais voulu boire avec respect Son Sang à Lui, tu n’aurais pas été obligée de boire le sang de dix nations ;

Si tu avais voulu t’agenouiller devant le Cadavre divin du Calvaire, et adorer, il n’y aurait pas aujourd’hui, Europe, Europe, tant de cadavres…

Douleur, douleur ! Les cloches de la Terre ne sonnent plus que des glas : je vois les âmes des guerriers morts flotter au-dessus du champ de bataille, semblables aux embruns sur une mer…