Page:Calloch - A Genoux.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Je te mettrai, mon peuple, dehors de ton charnier, — Et je te conduirai sur ta terre, et alors — Vous saurez tous que le Seigneur suprême, c’est Moi. — Je vous donnerai mon Esprit, et vous vivrez ; — Sur la terre de vos ancêtres vous pourrez dormir. — Ainsi, voyant l’acte de ma bonté, — Vous direz : « Il est vrai : Celui-là est le Seigneur. »

La Face du Roi du ciel alors se tourna vers moi : » — Homme, prends avec toi un morceau de bois, dit-il, — Prends et écris dessus : Pour Juda, celui-ci, et pour ceux d’Israël qui suivent sa loi. — Ensuite prends un autre morceau, et en même temps — Écris : à Joseph ; à tous ceux que lui ont fait leur promesse. — L’un à l’autre joins aussitôt les deux morceaux — Et ils seront unis entre tes mains. Voilà. — Si l’on te demande, au milieu de ces peuples : « Que veut donc dire ce que tu fais ? » réponds :