Page:Cambry - Description du département de l’Oise - Tome 1.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chassent au flambeau avec de petits chiens courants ; cette chasse est fort amusante.

Le grès est assez abondant sur les terroirs de Serans, de Monljavoult et de Montagny : le banc principal court de l’est à l’ouest ; il est à la superficie de la terre. Il existe encore une pierre très dure propre à faire des auges, etc., à Eronval.

Il y a deux monts dans le canton de Montjavoult, qui sont l’un et l’autre isolés, et n’appartiennent à aucune chaîne de montagnes ; on les croit produit par un volcan, quoiqu’on n’ait pu me procurer de lave qui l’atteste. Au sommet d’une de ces montagnes, qui se termine en pain de sucre, est le très ancien village de Monijavoult. Les étymologistes du pays tirent son nom de mons Jovis, et prétendent que jadis il y existoit un temple dédié à Jupiter Ain mon ; d’autres lé font venir de l’ancien cri, Montjoie Saint-Denis : les religieux de S.-Denis étoient de temps immémorial seigneurs de Montjavoult. Du sommet de cette montagne l’œil parcourt une immense étendue ; à l’aide d’une lunette d’approche on apperçoit les dômes et les tours de Paris.

Il existe une fontaine près de l’église sur le sommet de cette montagne. Du côté du nord, près de cette source, est un carré de pierre dont chaque côté peut avoir cinquante pieds ; c’est ce que les habitants appellent le temple de Jupiter : ce carré