Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


multiplication des Animaux n’a d’autres bornes que le plus ou moins de moïens qu’on leur laisse pour subsister. Il n’est pas douteux que si on emploïoit toutes les terres à la simple nourriture de l’Homme, l’espece en multiplieroit jusqu’à la concurrence du nombre que ces terres pourroient nourrir, de la façon qu’on expliquera.

Il n’y a point de Païs où l’on porte la multiplication des Hommes si loin qu’à la Chine. Les pauvres gens y vivent uniquement de riz & d’eau de riz ; ils y travaillent presque nus, & dans les Provinces méridionales ils font trois moissons abondantes de riz, chaque année, par le grand soin qu’ils ont de l’Agriculture. La terre ne s’y repose jamais, & rend chaque fois, plus de cent pour un ; ceux qui sont habillés, le sont pour la plûpart de coton, qui demande si peu