Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


imaginaires, & dressés au hasard. Sur ce qu’ils ont pu observer de la propagation réelle dans certains cantons, comment pourroient-ils rendre raison de la diminution de ces Peuples innombrables qu’on voïoit autrefois en Asie, en Égypte, &c. même de celle des Peuples de l’Europe ? Si l’on voïoit, il y a dix-sept siecles, vingt-six millions d’Habitans en Italie, qui présentement est réduite à six millions pour le plus, comment pourra-t-on déterminer par les progressions de M. King, que l’Angleterre qui contient aujourd’hui cinq à six millions d’Habitans, en aura probablement treize millions dans un certain nombre d’années? Nous voïons tous les jours que les Anglois, en général, consomment plus de produit de terre que leurs Peres ne faisoient ; c’est le vrai moïen qu’il y ait