Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui sont travaillés grossierement & à la hâte : on en peut dire autant d’une Maison, d’un lit, d’une table, & généralement de tout ce qui est nécessaire aux commodités de la vie.

Il est vrai qu’il est assez indifférent dans un État, qu’on soit dans l’usage de porter de gros draps, ou des draps fins, si les uns & les autres sont également durables, & qu’on y mange délicatement, ou grossierement, si l’on suppose qu’on en ait assez & qu’on se porte bien ; attendu que le boire, le manger, l’habillement, &c. se consument également, soit qu’on les prépare proprement ou grossierement, & qu’il ne reste rien dans l’État de ces espéces de richesses.

Mais il est toujours vrai de dire que les États, où l’on porte de beaux draps, de beau linge, &c., & où l’on mange proprement & délicatement, sont plus