Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parlé, pour faire des Ouvrages qui puissent être consommés chez l’Étranger. Un million d’Hommes feront plus de draps, par exemple, qu’il n’en sera consommé annuellement dans toute la Terre commerçante ; parce-que le gros des Habitans de chaque Païs est toujours habillé du crû du Païs : & rarement trouvera-t-on en aucun État cent mille personnes emploïées pour l’habillement des Étrangers ; comme on peut voir au Supplément, par rapport à l’Angleterre, qui de toutes les Nations de l’Europe, est celle qui fournit le plus d’étoffes aux Etrangers.

Afin que la consommation des Manufactures d’un État devienne considérable chez l’Étranger, il faut les rendre bonnes & estimables par une grande consommation dans l’intérieur de l’État ; il faut y décréditer