Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sumées la Campagne ; mais tout cela n’excede guere la sixieme partie du total, ou des trois Rentes. Pour ce qui est de la nourriture & de la boisson des Habitans de la Campagne, il ne faut pas nécessairement de l’argent comptant pour se la procurer.

Le Fermier peut brasser sa biere, ou faire son vin sans dépenser d’argent comptant, il peut faire son pain, tuer les Bœufs, les Moutons, les Cochons, &c. qu’on mange à la Campagne ; il peut païer en blés, en viande & en boisson, la plûpart de ses Assistans, non-seulement Manuvriers, mais encore Artisans de la Campagne, en évaluant ses denrées au prix du Marché le plus proche, & le travail au prix ordinaire du lieu

Les choses nécessaires à la vie sont la nourriture, le vêtement & le logement. On n’a pas be-