Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


& ce n’est que par forme de conjecture que je dis en général, que « l’argent comptant, nécessaire pour conduire la circulation & le troc dans un État, est à-peu-près égal en valeur au tiers des rentes annuelles des Propriétaires de terres. »

Que l’argent soit rare, ou abondant, dans un État, cette proportion ne variera pas beaucoup, parceque dans les États où l’argent est abondant on afferme les terres plus haut, & plus bas dans ceux où l’argent est plus rare : c’est une regle qui se trouvera toujours véritable dans tous les tems. Mais il arrive ordinairement, dans les États où l’argent est plus rare, qu’il y a plus de troc par évaluation, que dans ceux où l’argent est plus abondant, & par conséquent la circulation est censée plus prompte & moins retardée que dans les États où l’argent est moins