Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


marchandises se font dans les Villes ou dans les Bourgs par un travail d’Ouvriers qu’il faut païer en argent effectif. Si une Maison a couté cent mille onces d’argent à bâtir, toute cette somme, ou au moins la plus grande partie, doit avoir été païée toutes les semaines dans le menu troc au Faiseur de briques, aux Maçons, aux Menuisiers, &c. directement ou indirectement. La dépense des petites Familles, qui dans une Ville font toujours le plus grand nombre, ne se fait nécessairement qu’avec de l’argent effectif ; & dans ce bas troc le crédit, l’évaluation, & les billets ne peuvent avoir lieu. Les Marchands ou Entrepreneurs de détail demandent de l’argent comptant pour prix des choses qu’ils fournissent ; ou s’ils se fient à quelque Famille pour quelques jours ou quelques mois, ils ont besoin d’un bon paiement en