Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme il en faut toujours plutôt ou plûtard dans le courant de la circulation d’une Ville, les billets n’y peuvent pas servir, & il faut de l’argent effectif.

Tout cela présupposé : tous les ordres d’un État, qui ont de l’œconomie, épargnent, & tiennent hors de la circulation, de petites sommes d’argent comptant, jusqu’à ce qu’ils en aient suffisamment pour les mettre à intérêts ou à profit.

Plusieurs gens avares & craintifs enterrent & reserrent toujours de l’argent effectif pendant des intervalles de tems assez considérables.

Plusieurs Propriétaires, Entrepreneurs, & autres, gardent toujours quelqu’argent comptant dans leurs poches ou dans leurs caisses, contre les cas imprévus, & pour n’être point à sec. Si un Seigneur a remarqué que pendant l’espace d’un an, il ne s’est