Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les denrées & les petites marchandises qu’on ne peut pas consommer dans la Capitale, soit qu’elles n’y soient pas propres, soit qu’on ne les y puisse transporter à cause de leur volume, ou parcequ’elles se gâteroient en chemin, seront infiniment à meilleur marché dans les Campagnes & les Provinces éloignées, que dans la Capitale, par rapport à la quantité d’argent qui circule pour cela, qui est considérablement plus petite dans les Provinces éloignées.

C’est ainsi que les œufs frais, que le gibier, le beurre frais, le bois à brûler, &c. seront ordinairement beaucoup à meilleur marché dans les Provinces de Poitou, qu’à Paris; au lieu que le blés, les bœufs & les chevaux ne seront plus chers à Paris, que de la différence des frais & des risques de l’envoi & des entrées de la Ville.