Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tes choses par cette abondance d’argent augmenteront à tel point, que non-seulement les Propriétaires des terres, à l’expiration de leurs Baux, augmenteront considérablement leurs Rentes, & se remettront dans leur ancien train de vivre, en augmentant à proportion les gages de ceux qui les servent ; mais que les Artisans & les Ouvriers tiendront si haut leurs ouvrages qu’il y aura un profit considérable à les tirer de l’Étranger, qui les fait à bien meilleur marché. Cela déterminera naturellement plusieurs à faire venir dans l’État quantité de Manufactures d’ouvrages travaillés dans les Païs étrangers, où on les trouvera à grand marché : ce qui ruinera insensiblement les Artisans & Manufacturiers de l’État qui ne sauroient y subsister en travaillant à si bas prix, attendu la chertée.