Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


droits de commerce & les avantages qu’on a pu en tirer. Lorsqu’un État se fait païer des contributions, ou se rend plusieurs autres États tributaires, c’est un moïen bien certain d’attirer leur argent. Je n’entreprendrai pas de rechercher les moïens de mettre cette voie en usage, je me contenterai de dire que toutes les Nations qui ont fleuri par cette voie, n’ont pas laissé de tomber dans la décadence, comme les États qui ont fleuri par leur commerce. Les anciens Romains ont été plus puissans par cette voie que tous les autres Peuples dont nous avons connoissance ; cependant ces mêmes Romains avant que de perdre un pouce du terrein de leurs vastes États, tomberent en décadence par le luxe, & s’appauvrirent par la diminution de l’argent effectif qui avoit circulé chez eux, & que leur luxe fit