Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Provinces, ne diminuoit pas la circulation de l’argent effectif ; non plus que les Tableaux, les Statues & les Bijoux qu’ils en tiroient. Quoique les Seigneurs y fissent des dépenses excessives pour leurs tables, & païassent des quinze mille onces d’argent pour un seul poisson, tout cela ne diminuoit pas la quantité d’argent qui circuloit dans Rome, attendu que les tributs des Provinces l’y faisoient incessamment rentrer, sans parler de celui que les Préteurs & les Gouverneurs y apportoient par leurs extorsions. Les sommes qu’on tiroit annuellement des Mines, ne faisoient qu’’augmenter à Rome la circulation pendant tout le regne d’Auguste. Cependant, le luxe étoit déja fort grand, & on avoit beaucoup d’avidité, non-seulement pour tout ce que l’Empire produisoit de curieux, mais encore pour les bijoux des