Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/299

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tation de la quantité de l’argent effectif dans un État y diminue le prix de l’interêt, parceque lorsque l’argent abonde, il est plus facile d’en trouver à emprunter. Cette idée n’est pas toujours vraie ni juste. Pour s’en convaincre, il ne faut que se souvenir qu’en l’année 1720, presque tout l’argent d’Angleterre fut apporté à Londres, & que par-dessus cela, le nombre des billets qu’on mit sur la place accélera le mouvement de l’argent d’une maniere extraordinaire.

Cependant cette abondance d’argent & de circulation au lieu de diminuer l’interêt courant qui étoit auparavant à cinq pour cent, & au-dessous, ne servit qu’à en augmenter le prix, qui fut porté à cinquante & soixante pour cent. Il est facile de rendre raison de cette augmentation du prix de l’interêt, par les principes & les causes de l’in-