Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sentira volontairement de lui accorder ; il est vrai que les prêts de cette nature font plus de malheureux qui en emportant les capitaux aussi-bien que l’interêt, sont plus dans l’impuissance de se relever, que le Fermier qui n’emporte pas la terre : mais les loix pour les banqueroutes étant assez favorables aux Débiteurs pour les mettre en état de se relever, il semble qu’on devroit toujours accommoder les loix de l’interêt au prix du marché, comme on fait en Hollande.

Les prix courans de l’interêt dans un État, semblent servir de base & de regle pour les prix de l’achat des terres. Si l’interêt courant est à cinq pour cent, qui répond au denier vingt, le prix des terres devroit être de même : mais comme la propriété des terres donne un rang & une