Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la balance du commerce, & de l’abondance de l’argent il paroît puissant, & il l’est en effet tant que cette abondance y subsiste.

On pourroit tirer des inductions à l’infini pour justifier ces idées du commerce avec l’Étranger, & les avantages de l’abondance de l’argent. Il est étonnant de voir la disproportion de la circulation de l’argent en Angleterre & à la Chine. Les Manufactures des Indes, comme les Soieries, les Toiles peintes, les Mousselines, &c. nonobstant les frais d’une navigation de dix-huit mois, reviennent à un très bas prix en Angleterre, qui les paieroit avec la trentieme partie de ses ouvrages & de ses Manufactures si les Indiens les vouloient acheter. Mais ils ne sont pas si foux de païer des prix extravagans pour nos ouvrages, pendant qu’on travaille mieux chez eux & infiniment à meil-