Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/357

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la balance du commerce, si la France en doit cent mille onces à la Hollande, & la Hollande cent mille onces à l’Angleterre, toutes ces trois sommes se pourront compenser par lettres de change entre les Banquiers respectifs de ces trois États, sans qu’il soit besoin d’envoïer aucun argent d’aucun côté.

Si la Hollande envoie en Angleterre pendant le mois de Janvier des marchandises pour la valeur de cent mille onces d’argent, & l’Angleterre n’en envoie en Hollande dans le même mois que pour la valeur de cinquante mille onces, (je suppose la vente & le paiement faits dans le même mois de Janvier de part & d’autre) il reviendra à la Hollande dans ce mois une balance de commerce de cinquante mille onces, & le change d’Amsterdam sera à Londres au mois de Janvier à deux ou trois pour cent