Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/398

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


troc, fixent & déterminent les prix de toutes choses dans un État, eu égard à la vîtesse ou lenteur de la circulation.

Cependant nous voïons si souvent, à l’occasion des augmentations & diminutions qu’on pratique en France, des changemens si étranges, qu’on pourroit s’imaginer que les prix du Marché correspondent plutôt à la valeur nominale des especes, qu’à leur quantité dans le troc ; à la quantité des livres tournois monnoie de compte, plutôt qu’à la quantité des marcs & des onces, & cela paroît directement opposé à nos principes.

Supposons ce qui est arrivé en mil sept cent quatorze, que l’once d’argent ou l’écu ait cours pour cinq livres, & que le Roi publie un Arrêt, qui ordonne la diminution des écus tous les mois pendant vingt mois, c’est-à-dire, d’un pour cent par mois,