Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gner, & il en survient assez d’autres pour partager le travail.

Par ces inductions il est aisé de comprendre que les Ecoles de charité en Angleterre & les projets en France, pour augmenter le nombre des Artisans sont fort inutiles. Si le Roi de France envoïoit cent mille Sujets à ses frais en Hollande, pour y apprendre la Marine, ils seroient inutiles à leur retour si on n’envoïoit pas plus de Vaisseaux en Mer qu’auparavant. Il est vrai qu’il seroit d’un grand avantage dans un État de faire apprendre aux Sujets, à faire les Manufactures qu’on a coutume de tirer de l’Etranger, & tous les autres ouvrages qu’on y achete ; mais je ne considere à-présent qu’un État par rapport à lui-même.

Comme les Artisans gagnent plus que les Laboureurs, ils sont plus en état que les derniers, d’é-