Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour faire vivre leurs Enfans.

Pour mieux comprendre ceci, il faut savoir qu’un pauvre Païsan peut s’entretenir, au plus bas calcul, du produit d’un Arpent & demi de terre, en se nourrissant de pain & de légumes, en portant des habits de Chanvre & des sabots, &c. au lieu que s’il se peut donner du vin & de la viande, des habits de drap, &c. il pourra dépenser, sans ivrognerie ni gourmandise, & sans aucun excès, le produit de quatre jusqu’à dix Arpens de terre de moïenne bonté, comme sont la plûpart des terres en Europe, l’une portant l’autre ; j’ai fait faire des calculs qu’on trouvera au Supplément, pour constater la quantité de terre dont un Homme peut consommer le produit de chaque espece de nourriture, habillement, & autres choses nécessaires à la vie, dans une année,