Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


& les paient souvent à proportion de l’ouvrage qu’ils font ; ainsi ces Compagnons travaillent autant qu’ils peuvent, pour leur propre intérêt, sans autre inspection.

Comme les Fermiers & Maîtres artisans en Europe sont tous Entrepreneurs & travaillent au hasard, les uns s’enrichissent & gagnent plus qu’une double subsistance, d’autres se ruinent & font banqueroute, comme on l’expliquera plus particulierement en traitant des Entrepreneurs ; mais le plus grand nombre s’entretiennent au jour la journée avec leurs Familles, & on pourroit estimer le travail ou inspection de ceux-ci, à-peu-près au triple du produit de Terre qui sert pour leur entretien.

Il est certain que ces Fermiers & Maîtres artisans, s’ils conduisent le travail de dix Laboureurs ou Compagnons, seroient éga-