Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


façon de vivre. Si les Propriétaires se plaisent à porter de beau linge, des soieries, ou de la dentelle, la consommation de ces marchandises sera plus forte que celle que les Propriétaires font sur eux.

Si un Seigneur, ou Propriétaire, qui a donné toutes ses Terres à ferme, prend la fantaisie de changer notablement sa façon de vivre ; si par exemple il diminue le nombre de ses Domestiques, & augmente celui de ses Chevaux ; non seulement ses Domestiques seront obligés de quitter la Terre en question, mais aussi un nombre proportionné d’artisans & de Laboureurs qui travailloient à procurer leur entretien : la portion de terre qu’on emploïoit à entretenir ces Habitans, sera emploïée en Prairies pour les Chevaux d’augmentation, & si tous les Propriétaires d’un État faisoient de même,