Page:Caouette - Le vieux muet ou un Héros de Châteauguay, 1901.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 33 —

des matelots ne fut pas tout d’abord remarquée. Et quant « Paschal » aperçut les intrus, ceux-ci avaient déjà dévoré deux poulets et vidé trois bouteilles de vin !

— Que faites-vous ici ? leur demande-t-il à brûle-pourpoint.

— Tu le vois, camarade, nous mangeons et buvons à ta santé !

— Sortez d’ici au plus vite !

Pour toute réponse, l’un des bandits se lève et frappe le propriétaire en pleine figure !

Une servante fait irruption dans la salle de danse en criant : « Venez vite ! venez vite ! le bourgeois a été assommé par des bandits… »

Tous les hommes s’élancent au secours de Paschal, mais ils sont mal reçus par les matelots qui les attendent de pied ferme.

Une bagarre terrible s’ensuit, au milieu des cris d’effroi que poussent les femmes, en courant d’une chambre à l’autre !

Tout à coup, des hurlements de chien retentissent au dehors, et l’on voit apparaître dans la porte la haute stature du vieux muet.

D’un coup d’œil, le colosse comprend tout. Il empoigne un des matelots et le jette comme une mitaine par la fenêtre ! Un autre matelot va frapper le vieux muet dans le dos avec son poignard, quand l’énorme chien saute à la gorge du brigand et le renverse par terre.