Page:Caouette - Le vieux muet ou un Héros de Châteauguay, 1901.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 62 —

— Je m’y oppose de toutes mes forces, M. le maire ! dit fermement un jeune homme qui vient d’arriver.

Tous les regards se dirigent sur le nouveau venu.

— Tiens ! bonjour, docteur ! fait le curé, en s’adressant à celui qui vient de parler. Vous arrivez bien en retard, mon ami !

— Je vous en demande pardon, M. le curé, mais j’ai été appelé auprès de Louis Fournel, qui est dangereusement malade, et il m’a été impossible de venir plus tôt.

Le Dr Chapais s’avance vers Jean-Charles à qui il donne l’accolade la plus amicale.

— Oui, M. le maire, reprend-il, en ma qualité de médecin, je m’oppose à votre aimable proposition. D’ici à quelques temps, Jean-Charles a besoin d’un repos absolu. D’ailleurs, chose différée n’est pas abandonnée. Vous vous reprendrez plus tard, n’est-ce pas ?

Le maire s’inclina devant la décision du Dr Chapais, dont il savait apprécier le talent et le tact. Du reste, il n’aurait pas voulu retarder le rétablissement de notre héros ni même lui causer la moindre fatigue.

Le Dr Chapais accompagna Jean-Charles à la maison paternelle.