Page:Caouette - Le vieux muet ou un Héros de Châteauguay, 1901.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 83 —

— Justine ! portez, s’il vous plaît, le bagage de monsieur dans la chambre que mon pauvre fils occupait.

Et elle ajouta : « M. Victor Lormier doit demeurer ici, et je désire qu’il soit traité comme l’enfant de la maison. »

Puis, s’adressant au jeune homme : « J’apprends que vous entrez à l’étude de M. le notaire Archambault ?

— Oui, madame ; je me sentais attiré depuis longtemps vers le notariat, et je crois qu’il était difficile de me choisir un meilleur patron que M. Archambault.

— En effet, mon cher, M. Archambault est un savant et un saint homme.

— Ah ! un saint homme ! fit Victor, d’un ton plutôt moqueur que sympathique. J’en suis fort aise !

Après une pause, il reprit : savez-vous à quelle heure cet excellent M. Archambault se rend à son bureau, le matin ?

— On me dit qu’il y est toujours rendu avant sept heures.

— Sapristi ! il parait qu’il est matinal, le saint homme ! Et à quelle heure, s’il vous plait, va-t-il prendre son dîner ?

— Il ne va pas dîner, il prend le lunch au bureau.

— Sapristi ! Et il sort du bureau à quatre heures, je suppose ?