Page:Capelle - La Clé du caveau, 1811.djvu/394

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


A Paris, et loin de sa mère 4
A peine au sortir de l’enfance (voyez air de la romance de Joseph).
A pied comme à cheval (voyez air de la marche du roi de Prusse).
A quoi bon la richesse (voyez il n’est point de plaisir, de bonheur sans amour).
A tort on reproche aux buveurs 5
A Venise jeune fillette (voyez air du gondolier vénitien).
A votre âge fille la plus sage, ou l’équipage le plus en usage (voyez une fille qui toujours sautille).
A voyager passant sa vie 6
Accompagné de plusieurs autres (voyez le premier du mois de janvier).
Adieu donc, dame Françoise 7
Adieu, je vous fuis, bois charmant 8
Adieu, mes chères pénitentes (voyez vaudeville des Visitandines).
Adieu, panier, vendanges sont faites 9
Age d’Astrée, ô temps heureux (voyez air de la romance de Florian).
Ah ! Ah ! monsieur le magister 10
Ah ! cessez, cessez, mon père, ou quoi sur toi père insensible 11
Ah ! comme on trompe dans ce monde (voyez l’homme n’est pas ce qu’il s’affiche).
Ah ! de quel souvenir affreux, ou daignez m’épargner le reste 12
Ah ! dis-moi comment on appelle (voyez mon cœur soupire dés l’aurore).
Ah ! il n’est point de fête quand le cœur n’en est pas (voyez vaudeville d’Annette et Lubin).
Ah ! il m’en souviendra, la rira (voyez air du curé de Pomponne).