Page:Capelle - La Clé du caveau, 1811.djvu/426

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous avons un clocher chez nous, ou tique, tique, toc, et tin, tin, tin 405
Nous jouissons dans nos hameaux 406
Nous n’avons qu’un temps à vivre 408
Nous nous marîrons dimanche 409
Nous sommes précepteurs d’amour 410

O.

O ciel ! que lui dire, ou la reconnaissance 411
O filii et filiæ 412
O Fontenai, qu’embellissent les roses 413
O lit charmant, où ma Myrthé 414
O ma Georgette ! 416
O Mahomet, ton paradis des femmes (voyez il faut aimer, c’est la loi de Cythère).
O ma tendre musette, ou gentille boulangère 417
O monarque suprême (voyez air du noël de la cour).
O toi qui n’eus jamais dû naître 418
O toi qui règnes sur mon ame 419
Oh ! oh ! oh ! oh ! ah ! ah ! ah ! ah ! (voyez quand un tendron vient dans ces lieux).
Oh ! je le tiens (voyez sans être belle, on est aimable).
Oh ! oui, l’homme le plus parfait 420
On compterait les diamans, ou les hommes perdent la raison, ou vaudeville de l’île des femmes 423
On dit par-tout le monde 421