Page:Capelle - La Clé du caveau, 1811.djvu/440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Un motif plus puissant, je pense 598
Un page aimait la jeune Adèle 599
Un papillon des plus brillans 600
Un pauvre petit Savoyard, ou un bienfait n’est jamais perdu 597
Un rigaudon, zig, zag, don, don (voyez air de la ronde du rival confident).
Un soir, dans la forêt prochaine, ou je voudrais bien le deviner 602
Un soir l’Amour, d’un air timide 603
Un soir revenait Cadet (voyez la bonne aventure ô gué !).
Un soldat, par un coup funeste, ou vive Henri 604
Un songe heureux, à mon ame attendrie 601
Un sot qui veut faire l’habile 605
Un tonnelier vieux et jaloux, ou travaillez, travaillez, bon tonnelier 607
Un troubadour béarnais (voyez air du troubadour béarnais).
Une femme fait peste et rage (voyez tout est charmant chez Aspasie).
Une fièvre brûlante (voyez dans une tour obscure).
Une fille est un oiseau 606
Une fille qui toujours sautille, ou à votre âge, fille la plus sage 608
Une jeune bergère, les yeux baignés de pleurs 609
Une lumière vive et pure, ou pour mettre fin à ma tristesse 610
Une mauvaise tragédie 611
Une petite fillette, qui n’avait pas plus d’quinze ans 612
Une vieille qui roupille (voyez air des trembleurs).