Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous en supplie, pour votre repos & pour le mien.


La COMTESSE.

Ah ! Vicomte ! je ne sais pourquoi ; mais je ne puis m’ôter de l’esprit que vous me trompez.


Le VICOMTE.

Vous pouvez me soupçonner ?…


La COMTESSE.

Je me le reproche : mais en même-temps rien ne peut me rassurer, ni ce que je me dis en votre faveur, ni ce que vous me dites vous-même.


Le VICOMTE.

Souvenez-vous du tourment que vous ont donné les soupçons que vous avez eus que j’aimois Madame d’Ancille.


La COMTESSE.

Eh bien ! voilà justement ce que j’ai déjà pensé : je vous vois le même air & la même conduite que dans ce temps-là.


Le VICOMTE.

Cependant, vous avez été bien sûre que je ne l’aimois pas ?