Page:Carnet de guerre d'Emile Chollet.pdf/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
73

On les écrase entre ses pouces !
Mais la nuit quand elles vous piquent
On tourne xxxxxxx retourne sans cesse
Quand on en serre une sur sa fesse
xxxxxxx Non ! je blague, mais c’est martyr
De ne pas pouvoir dormir !
Et savez-vous d’où cela vient ?
Eh ! Des habitants du patelin !
Les maisons que ces gens habitent
sont de vrais nids à parasites :
L’autre jour près de la rivière
Où les femmes lavent sur les pierres,
m’y asseyant j’ai attrapé
Quatorze puces sans compter précisément ? [illisible]
Je suis sûr d’avoir bien compté
Ne trouvez-vous pas ça charmant ?


2.9.4 Septembre 1917. — Toujours pareil ici, même vie, il me plairait assez de changer enfin de résidence !

L’officier s’en fout… toujours royalement. Je conduis le travail absolument seul. xxxxxxx Ainsi le Ltn m’a dit : « vous employerez les ancienness poutrelles de l’ancien pont » sans s’occuper de ce qu’elles valent, or elles sont inutilisables sauf une. Hier soir je lui ai envoyé une note assez brève croyez-vous qu’il est venu se rendre compte ! Pas du tout ce matin il m’a envoyé un télégramme me laissant libre de prendre des bois de 4m à la scierie = Le pauvre il ne sait même pas les dimensions du pont !