Page:Carnet de guerre d'Emile Chollet.pdf/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
83

date ! –

Donc le 1 novembre je quitte l’Ambulance à Obstrina. Voilà comment cela s’est fait : le 30 oct. au soir l’infirmier ne me donne pas les pilules que m’avait ordonnées le major qui me soignait, ces pilules xxxxxxx devaient me redonner des forces, et j’en avais besoin hélas ! Je vais réclamer on me répond que le Major les avait supprimées, le major était nouveau l’autre étant parti en permission.

Je n’étais pas très content, j’ai dit ce que je pensais au point de vue des soins que l’on nous donnait dans notre ambulance, le Médecin a donc dit qu’il me ferait partir au dépôt de convalescents à Rhadirov ? [illisible] mais le lendemain matin à la visite j’ai demandé à rejoindre ma Cie le plus tôt possible, et le soir même je partais avec une exemption de service de 8 jours.

Je vois le Lieutenant Tavernier qui montait en ligne. Tout le monde me trouvait bien « décollé » pour employer le terme poilu.

Je fais la connaissance du Lieutenant Bocri, nouvellement arrivé à la Cie. C’est un Corse que l’on faisait passer pour terrible !

Je demande au major de me faire des piqûres de cacodylate. – cela me remontera j’espère.

Au bout de 6 jours je m’ennuie, il n’y a pas de Sergent ici, je demande à reprendre mon service.

C’est assez dur car je le répète je suis seul pour tous les chantiers des routes et il y a eu jusqu’à 110 civ travailleurs civils.