Page:Caron - La région de l'Abitibi, terres à coloniser, etc, 1919.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chacun de ces cantons est divisé en 10 rangs de 62 lots chacun, donnant une superficie de 62,000 acres.

Le groupement des colons autour d’un centre choisi et déterminé d’avance comme noyau d’une future paroisse a été appliqué avec succès dans l’Abitibi et donne les meilleurs résultats.

L’endroit le plus convenable pour établir un village dans chaque canton est marqué d’avance. On choisit autant que possible les bords d’un lac ou d’une rivière. Les représentants des autorités religieuses, de concert avec les représentants du Gouvernement, déterminent l’emplacement futur de l’église dans chaque village ; le terrain réservé pour cet emplacement est cédé gratuitement aux autorités religieuses par le Département des Terres et Forêts.

Les colons, à mesure qu’ils arrivent, s’établissent en rayonnant autour du centre de colonisation.

Voici les noms des cantons maintenant ouverts à la colonisation et des villages en formation, avec une description sommaire de chacun de ces cantons et de ces villages.


Canton de Senneterre



C’est le premier canton que nous rencontrons en entrant dans l’Abitibi. Le Transcontinental le coupe dans une direction nord-ouest sur les rangs IV, V, VI, VII, VIII et IX.

À la hauteur du rang VII, il traverse la rivière Bell sur un beau pont en fer. Le terrain du canton Senneterre est plan sur presque toute son étendue. La hauteur de la montagne Bell, située à l’est de la ligne centrale sur le rang VI, et que le chemin de fer longe avant de traverser la rivière, est d’environ 120 pieds.

Une autre chaîne de montagne assez élevée longe la ligne centrale sur une partie des rangs III et IV, et sur les lots 46 et 47 des rangs V et VI on voit un coteau de cyprès très élevé.

« Le canton de Senneterre », dit M. Arthur Lepage, (rapport du ministre des Terres et Forêts, 1914), « possède plusieurs cours d’eau remarquables dont quelques-uns sont navigables. Ainsi, il y a la belle rivière Bell qui traverse le canton du sud-ouest au nord-est, et qui plus loin au nord prend le nom de Nottaway, et va porter ses eaux dans la baie James.

« Dans le premier rang, elle forme une partie du lac Obaska qui a près d’un mille de largeur dans ce canton. Dans les rangs II, III, IV, V, VI, et VII, elle a jusqu’à 10 à 12 chaînes de largeur ; et elle a même de 25 à 35 chaînes dans les rangs VIII, IX et X. Il y a quelques petits rapides dans les rangs II, III et IV et deux petites chutes d’environ cinq à six pieds lune au commencement du rang trois et l’autre vers le milieu du rang cinq sur la rivière Bell. À cinq