Page:Cavalin - Considérations hygiéniques et médicales sur le transport par mer des animaux domestiques.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Symptômes. — Les paupières sont rapprochées, gonflées, humectées de larmes ; si on vient à les relever on voit que la muqueuse est rouge, infiltrée et que la vitre de l’œil est quelquefois trouble.

Traitement. — Il faut d’abord s’assurer s’il n’y a pas de corps étranger engagé sous les paupières, puis, suivant l’acuité du mal, on bassine les yeux avec une solution de sulfate de zinc, qui se prépare en ajoutant par litre d’eau 1 à 2 grammes de sulfate de zinc. Si le mal persiste, on emploie celle de nitrate d’argent dans les proportions de 1 gramme pour 200 ou 300 grammes d’eau.

Lorsqu’à la suite de ce traitement il reste sur la vitre de l’œil des tâches blanches, on les cautérise très légèrement avec le crayon de nitrate d’argent, et on fait ensuite des lotions d’eau fraîche.


Maladies de la peau.


Les maladies de la peau sont communes à bord ; les mules y sent surtout sujettes.

Si les animaux se grattent sans qu’il y ait dépilation, on leur nettoie la peau et on les frictionne ensuite avec de la pommade d’Helmérich, qui calme les démangeaisons et peut agir en même temps contre la gale ; on peut encore employer un mélange à parties égales d’huile d’olives et d’huile de pétrole. Ce traitement simple est applicable à toutes les maladies cutanées qui ont assez d’analogie entre elles.