Page:Cazenave - De l'hydrothérapie en vétérinaire.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


manque ou du moins est incomplète ; trop forte, elle peut causer de graves accidents, devenir contusive, amener des complications, exaspérer la maladie au lieu de la guérir. D’ailleurs cette force de projection est dépendante d’une foule de circonstances qui se rattachent soit au sujet soit à la maladie. Le tact et l’expérience du praticien peuvent seuls permettre d’en régler l’emploi.


CHAPITRE VI


INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L’EAU FROIDE

Tout animal robuste doué d’un tempérament sanguin peut être soumis impunément aux applications locales d’eau froide. La plupart de ses maladies, de ses lésions externes peuvent être traitées à l’aide de ce moyen, qui, depuis quelques années fait à juste titre de grands progrès surtout dans les infirmeries vétérinaires des régiments de cavalerie. On pourra donc toujours espérer de bons résultats de l’emploi de l’eau dans le traitement des solutions de continuité, des hémorrhagies, des tumeurs et engorgements, des maladies des articulations, des affections des pieds, des déplacements et des renversements, soit de l’utérus, soit du vagin, soit du rectum. Des ophthalmies aiguës, des érysipèles de causes externes, qu’il résulte