Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
108
TRAITÉ DE LA PEINTURE

du panneau ne doit pas être trop lisse. Aie d’abord de la colle de rognures de parchemin bouillie tant que de trois parties il n’en reste qu’une ; délaye-la avec la paume de la main, et quand tu sens qu’une paume s’attache à l’autre, ta colle est bonne. Mets-en deux ou trois couches ; puis aie dans un vase moitié de cette colle et un tiers d’eau, fais-les bien bouillir, et avec un pinceau de soies gros et souple passe de cette colle sur ton panneau, sur tes frises, tes tabernacles, colonnettes, ou quelque soit le travail que tu as à préparer ; puis laisse sécher. Prends alors de ta première colleforte, et donne avec ton pinceau deux couches sur ledit travail, et laisse toujours sécher entre les couches ; ton panneau sera parfaitement encollé. Sais-tu quel est l’effet de la première colle ? Une préparation de très-peu de force, comme serait le déjeuner où tu manges une poignée de fruits confits et bois un bon verre de vin pour te mettre en train de bien dessiner. Ainsi est cette colle, qui sert de liaison et prépare le bois à recevoir les colles fortes et les plâtres.

CXIV.Comment on place la toile sur panneau.

Quand tu as encollé, prends une vieille toile de lin, fine, blanche, sans aucune tache de graisse ; aie prête la meilleure colle, coupe ou déchire des bandes de cette toile grandes et petites, trempe-les dans la colle et étend-les avec les mains sur le plat desdits panneaux. Enlève d’abord les coutures avec la paume de la main, applanis-les bien, et laisse sécher pendant deux jours. Sache que les opérations de coller et mettre le plâtre doivent se faire en temps brumeux ou par le vent ; la colle est plus forte en hiver. Mettre Torse fait par les temps humides et pluvieux.