Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
127
SIXIÈME PARTIE

couches sur tout le travail comme sur les accessoires du fond.

Ad idem, pour faire un beau drap d’outremer, mettre le vêtement en argent bruni, dessiner les plis, mettre ou les fonds ou les accessoires de ce bleu mélangé de colle, puis à plat donner également une couche sur les champs et les accessoires ; le drap velouté sera fait.

Ad idem, coucher les vêtements, ombrer la figure de la couleur voulue, prendre ensuite un pinceau fin d’écureuil et les mordants quand les plis et les accessoires sont poncés ; selon ce qu’on veut faire, travailler avec les mordants, je t’en entretiendrai ensuite, recouvrir après ce mordant d’or ou d’argent : cela fera de belles draperies que l’on époussettera et brunira avec du coton.

Ad idem, ayant fait son travail avec la couleur que Ton désire, comme je l’ai dit ci-dessus pour faire des draperies changeantes, il faut retravailler sur l’or avec telles couleurs à l’huile que l’on voudra, pourvu qu’elle soit différente de celle du fond.

Ad idem, sur mur, mettre le vêtement en étain doré, coucher le fond comme Ton veut, poncer, faire son travail, gratter la draperie avec le stylet de bois, les couleurs étant toujours mêlées au jaune d’œuf, c’en sera assez [pour les draperies que l’on peut faire sur mur ; avec le mordant on peut travailler sur mur comme sur panneau.

CXLIV.Comment on contrefait sur mur le velours ou drap de laine, et la soie aussi bien sur panneau que sur mur.

Si tu veux contrefaire le velours, fais ton vêtement de quelque couleur que tu voudras, tempéré au jaune d’œuf ; ensuite, avec un pinceau d’écureuil et de la couleur à l’huile, imite les poils comme est le duvet du