Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
75
TROISIÈME PARTIE

vingt jours. Laisse reposer ce mortier quelques jours pour que le feu en sorte ; s’il était trop fougueux, l’enduit pourrait craquer. Quand tu es au moment de placer l’enduit, enlève la poussière du mur, et mouille-le bien, tu ne peux trop le mouiller ; prends ta chaux

    J’ajouterai seulement que toutes ces recommandations ne doivent pas effrayer, car le soin est aussi nécessaire a tout autre genre de peinture qu’à la fresque, pour prétendre à la durée.

    Je donnerai le détail des couleurs sûres, que la chaux n’attaque pas, et que l’on trouve dans le commerce de Paris.

    Les mélanges doivent être faits d’avance et dans des verres. L’usage de la palette est mauvais : le ton n’y peut être fait ni assez égal ni assez abondant, il faut beaucoup couvrir. Le mortier, gris quand on peint, devient blanc en séchant et tend à paraître à travers la couleur. Si on a couvert suffisamment, ce changement ajoute a la transparence et à l’éclat du ton. C’est une miniature derrière laquelle vous mettez une plaque d’argent.

    Les bleus, que les anciens ajoutaient souvent à sec avec la tempera, tiennent très-bien à fresque, si vous les placez sur une ébauche rouge ou de terre verte quand l’enduit commence à prendre. C’est encore un moyen de varier à l’infini le cobalt, qui est presque le seul bleu. L’outremer guimetz devient blanc, et l’outremer véritable est trop coûteux.

    Il faut aussi prendre les mêmes précautions pour les oxides de fer. Le rouge Vandyk, qui en est un, fait des rouges et des violets superbes ; mais il est difficile à faire saisir par le mortier.

    Quoi qu’il en soit de ces apparentes difficultés et de l’exiguité de la palette, on verra que chaque inconvénient force à une qualité, et que bien des tons qu’on a regretté auraient nui à la beauté et à la sévérité de la couleur.

    PALETTE.
    Chaux purgée ou blanc de St-Jean. Terre d’Italie.
    Jaune d’antimoine. Bleu de cobalt.
    Ocre jaune. Vert de cobalt.
    Ocre de rhut. Vert émeraude.
    Terre de Sienne naturelle. Vert malaquite.
    Brun rouge. Terre verte.
    Rouge Vandyk. Noirs d’ivoir, de pèche ou de
    Violet de Mars. 00fumée.
    Terre de Sienne brûlée. Terre d’ombre.

    La terre verte, si utile, entrant partout comme demi-teinte, dans le commerce est sale et produit un gris plutôt qu’un vert. Lavée par Édouard, elle donne deux verts magnifiques, l’un clair, l’autre foncé.