Page:Censorinus - Le Jour natal, trad Mangeart, 1843.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


où l'on parle de première, seconde, troisième et quatrième veille.

Chapitre 24

XXIV. Des diverses parties des jours romains, et des noms qui sont propres à chacune d'elles. La nuit et le jour ont encore plusieurs autres divisions, ayant chacune un nom qui leur est particulier, et qu'on rencontre çà et là dans les ouvrages des anciens poètes ; je vais les rappeler chacune dans son ordre. Je commencerai par le media nox (minuit), puisque c'est le point de départ et le terme du jour civil chez les Romains. Le temps qui se rapproche le plus de ce point est appelé de media nocte ; vient ensuite le gallicinium, moment où le coq commence à se faire entendre ; puis le conticinium, moment où il cesse de chanter ; puis le temps appelé ante lucem, et encore diluculum, quand il fait déjà jour, sans pourtant que le soleil soit levé. Le mane (matin) vient ensuite, quand le soleil commence à poindre ; puis le temps nommé ad meridiem (l'avant-midi) ; puis le meridies, ou le milieu du jour ; puis le temps nommé de meridie (l'après-midi) ; puis le moment appelé « suprema », bien que plusieurs auteurs pensent que ce moment n'a lieu qu'après le coucher du soleil, parce qu'on trouve dans les Douze-Tables : SOL. OCCASUS. SUPREMA. TEMPESTAS. ESTO. Mais, plus tard, M. Pletorius, tribun du peuple, fit un plébiscite où il est écrit : PRAETOR. URBANUS. QUI. NUNC. EST. QUIQUE. POST. HAC. FUAT. DUOS. LICTORES. APUD. SE. HABETO. ISQUE. USQUE. AD. SUPREMAM. JUS. INTER. CIVIS. DICITO. Après ce moment vient le vespera (le soir), qui précède immédiatement le lever de l'étoile que Plaute appelle vesperugo, Ennius vesper, et Virgile hesperon. Puis vient le crepusculum, ainsi