Page:Censorinus - Le Jour natal, trad Mangeart, 1843.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


première, par exemple, était longue de six doigts ; la seconde, longue d'un tiers en plus, en avait huit ; la troisième, plus longue de moitié que la première, en avait neuf ; la quatrième enfin, longue deux fois comme la première, en avait douze. Il souffla dans chacune de ces flûtes, et, comparaison faite des sons de chacune deux à deux, il démontra aux musiciens qui l'écoutaient que la première et la seconde flûte, dans le rapport de 3 à 4, présentait une consonnance pareille à celle dite diatessaron ; qu'entre la première et la troisième, dans le rapport de 2 à 3, on obtenait la consonnance diapente ; qu'enfin l'intervalle de la première à la quatrième, dans le rapport de 1 à 2, était le diastème qu'on nomme diapason. Mais entre les cordes sonores et les flûtes il y a cette différence, que plus les flûtes sont longues, plus leur son est grave ; tandis que, pour les cordes, plus les poids tendants augmentent, plus le son des cordes devient aigu, mais toujours dans les mêmes proportions d'un côté comme de l'autre.

Chapitre 11

XI. Démonstration du système de Pythagore sur la conformation du foetus. Après cet exposé, obscur peut-être, mais le plus clair cependant que j'aie pu le faire, je reviens à mon sujet, c'est-à-dire à l'explication de ce que Pythagore a pensé sur le nombre des jours de la gestation. Et d'abord, comme je l'ai dit plus haut, il admit en général deux espèces de gestation, l'une plus courte et dite de sept mois, qui, deux cent dix jours après la conception, fait sortir l'enfant des flancs de la mère ; l'autre, plus longue et dite de dix mois, qui l'en fait sortir au bout de deux cent