Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHA.MFORT. 1 93

On peut citer ce jeune homme comme un exemple mémorable des rapides effets de la li- berté. Il a lui-même raconté depuis, que, né avec une âme timide et un esprit pusillanime, l’une se trouva tout d’un coup échauffée d’un courage in- trépide, et l’autre comme éclairé d’une lumière nouvelle. Sans doute cette même influence* de la révolution prochaine se fit sentir à tous les jeunes gens dont l’âme était née pour elle, et qui, des ténèbres où la servitude publique devait tenir en- fouis leurs talens ou leurs vertus, passaient, subi- tement et contre leur espérance, au grand jour de la liberté, qui devait développer ces mêmes Vertus et ces mêmes talens.

QUATRIEME TABLEAU.

Sortie de l’Opéra.

JLe grand mouvement excité dans Paris par le renvoi de M. Necker avait deux causes : d’abord l’opinion qu’on s’était formée de cet administra- teur, dont l’influence au conseil se liait alors dans tous les esprits à l’idée du bonheur public. On l’avait vu, dans son premier ministère, porter la plus stricte économie dans l’emploi des revenus de l’état. Il avait fréquemment repoussé les avides sollicitations des courtisans ; et une fois, entre